Rechercher
  • Unune

Empathie et gratitude pour mieux tenir la quarantaine

J’aimerais rester positive et croire à toutes ces vidéos sur la Planète qui reprend enfin son souffle grâce à cette pandémie. #ironiedusort


Il y a deux jours, Gisele (THE Gisele), a publié une vidéo sur Instagram sur laquelle elle chante, main dans la main, avec ses deux enfants. C’est beau, ça donne envie de chialer. On a envie de croire que, malgré la souffrance provoqué par ce virus, il est là pour nous apprendre quelque chose. On en tirera des leçons positives, c’est sûr !



En vrai, qui peut romantiser la quarantaine ? Puis, surtout, combien de personnes utiliseront cette période pour réfléchir à leur mode de vie, aux relations humaines ou à l’avenir de notre Planète ? 

Pas beaucoup je pense, malheureusement. Parce qu’il y a celleux qui, du haut de leur privilège, n’arriveront jamais à comprendre qu’il ne s’agit pas “simplement” d’une crise sanitaire. Puis, il y en a d’autres à qui le temps de réfléchir leur est interdit. Des femmes par exemple.


Interdit, parce qu’encore plus débordées que d’habitude. Parce que la charge mentale atteint son niveau maximal. Interdit, parce que femme battue, elle est depuis bien longtemps confinée; désormais officiellement et sans répit. 


*être confiné.e chez soi avec un homme ou une femme violent.e

Et il n’y a pas que les femmes qui peuvent être encore plus vulnérables pendant la quarantaine. Des enfants en souffriront aussi.


Sur les réseaux sociaux on voit des familles heureuses, avec des parents qui proposent 200 activités par jour, les unes plus créatives que les autres. On entend quelques témoignages sur la difficulté de garder les enfants à la maison, les occuper et ne pas péter un câble. On voit apparaître des nombreux sketches sur la vie de couple ou en famille. Plutôt rigolos, je dois l’admettre. J’ai beaucoup ri avec Inès Reg hier #despaillettesdasmavie...Et ce n'est pas grave ! C'est plutôt normal, d'ailleurs. Mais, le confinement peut être beaucoup moins drôle. 

Des enfants en temps "dits normaux" considérés déjà comme un fardeau...des parents sans patience ou stabilité émotionnelle pour tenir le coup. Si rien ne justifie la violence physique ou morale, le scénario est l’idéal pour la faire monter.


Une situation délicate en temps de liberté peut s'aggraver pendant le confinement. Alors si tu penses que quelqu’un.e subit des violences, reste à l’écoute. Même loin, ou virtuellement, on peut aider. Si tu entends des voisin.e.s ou des enfants subir la violence domestique, n'hésite pas à dénoncer. 



La crise est assez désolante par elle même. Je ne veux pas te pourrir la vie avec ce texte, te faire culpabiliser d’avoir une famille heureuse et un jardin (ça !). Mais, il est important de ne pas oublier ces sujets, plus que jamais sensibles. Ce n’est pas être rabat-joie, au contraire ! 


Si tu as des hauts et des bas mais, en général, ça va, si tu es stable psychologiquement (peu importe ce que cela veut dire en temps de crise…) et a la chance de partager ce moment avec des gens que tu aimes, sois reconnaissant.e. Ce n’est jamais en trop !



Tu as crié un peu fort sur les enfants hier (et avant-hier et dimanche…) ? ça arrive ! Essaie d’oublier ces moments tendus. La dernière dispute à cause du sel ou que t’es à deux doigts de craquer parce que même la façon de respirer de l’autre te rend dingue en ce moment. 


Je ne suis pas coach, mais j’ai le temps de réfléchir à la situation. Même s’il y a des jours moins évidents et que financièrement l’avenir est incertain, ça va passer ! Rester à la maison, pour la majorité d’entre nous, n’est finalement pas un énorme problème. 



Envie de passer à l'action ? Plein d'associations demandent de l’aide et des dons !


Je veux aider

http://www.jeveuxaider.com


Pour les enfants

https://enfantbleu.org

Pour les femmes

https://fondationdesfemmes.org



ps.: pour celleux qui sont seul.e.s comme moi, je ne peux pas m'empêcher de célébrer cette petite revanche. Nous, qu’avons fait des dépressions à cause des conventions sociales, comme l’obligation d’être en couple et d'avoir des enfants à 30 ans, nous sommes au sommet de la pyramide des privilégié.e.s confiné.e.s !



Plus sérieusement, c'est plutôt easy pour nous ce confinement ! C'est le moment de dire merci. Merci à l’univers, à ton entourage, à toi-même. Ah, et tu n'es pas obligé.e de faire du yoga ou de la méditation pour pratiquer la gratitude. 

Merci d'avoir lu jusqu'au bout !

Si tu aimes ce post, n'hesite pas à laisser un commentaire ou à le partager.

Si tu ne l'aimes pas, dis moi pourquoi (avec un peu d'amour et empathie ! )


Sois indulgent.e envers mon écriture en français, j'ai appris cette langue merveilleuse beaucoup plus tard que toi, tu sais :)






Follow us !

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
WEB-hipopo-logo-light.png

Disponible chez HiPopo

31 avenue Charles de Gaulle
33200 Bordeaux

© UnUne by Julia Nascimento. Proudly created with Wix.com

0